Ryder Cup

Réveil difficile pour l’Europe ce lundi sur un constat inévitable : l’équipe européenne n’a pas été à la hauteur de l’événement. Les Américains ont remporté cette 41e édition de la Ryder Cup sur le score sans appel de 17-11. Un résultat que l’on n’avait plus enregistré sur le sol américain depuis 1979 et l’arrivée des joueurs continentaux dans l’équipe européenne, jusqu’alors réservée aux seuls britanniques et irlandais.

Un putting d’enfer et des cadres en dessous

Pour autant, la victoire des Américains n’est pas usurpée, loin de là. Les locaux étaient quasiment en mission commando après trois défaites consécutives face aux Européens. Et cela s’est ressenti d’entrée de jeu puisque les Américains ont remporté les quatre foursomes du vendredi matin. Derrière, le duo Spieth/Reed a été le moteur de cette équipe, ce dernier remportant 3,5 points en 5 matches. Sur les simples, la différence entre les deux équipes s’est souvent faite au putter, les Américains rentrant quasi-systématiquement chaque balle posée sur le green. Menés de 3 points (9,5-6,5) les Européens avaient besoin d’un miracle pour espérer l’emporter. Miracle qui n’a pas eu lieu.

Un match d’anthologie restera dans les mémoires : le duel entre Phil Mickelson et Sergio Garcia, seul match nul du dimanche. Les deux hommes se sont rendus coups pour coups, finissant avec un total de 19 birdies, 10 pour Mickelson (et un bogey), 9 pour Garcia.

Dans les autres rencontres, Patrick Reed a continué sa moisson de points en l’emportant 1up face à Rory McIlroy grâce notamment à un eagle sur le par 4 du trou 5. Dans la deuxième moitié des départs, les Américains se sont imposés dans 5 parties, seul Martin Kaymer a sauvé l’honneur face à Matt Kuchar. L’Allemand a été globalement décevant sur cette Ryder en ne gagnant qu’un seul point. Tout comme l’autre choix du capitaine Lee Westwood qui repart avec un zéro pointé. Même résultat pour Andy Sullivan, Danny Willett et Matthew Fitzpatrick. Justin Rose, un autre vétéran de la compétition, n’a réussi à glaner que 2 points sur les 5 matches joués, perdant son simple dimanche face à Rickie Fowler

La surprise Pieters

Malgré la défaite, il y a de beaux enseignements à tirer de cette compétition. Le jeune Belge Thomas Pieters, troisième choix de Darren Clarke, a été la révélation de cette Ryder Cup. Après un premier foursome perdu vendredi matin avec Westwood, Pieters a remporté quatre points dont trois avec McIlroy, devenant ainsi le meilleur rookie européen de l’histoire en Ryder Cup.

Autre satisfaction : Rafael Cabrera-Bello. L’Espagnol, également rookie, n’a perdu aucun match, concédant un match nul en foursome avec son compatriote Garcia face au duo d’enfer Spieth/Reed. Henrik Stenson n’a gagné que 2 points sur 5 mais son match simple remporté face à Jordan Spieth dimanche a eu le mérite de redonner une lueur d’espoir à la team Europe.

La Ryder Cup est désormais la propriété des Américains pour deux ans. La prochaine fois qu’Europe et Etats-Unis s’affronteront, ce sera au Golf National de Saint-Quentin-en-Yvelines en septembre 2018. L’enjeu n’en sera que plus fort pour les Européens qui voudront récupérer le trophée sur leurs terres.

 

Tous les résultats en simples
Patrick Reed / Rory McIlroy (IdN) : 1 up.
Henrik Stenson (Sue) / Jordan Spieth : 3&2.
Thomas Pieters (Bel) / J.B. Holmes : 3&2.
Rickie Fowler / Justin Rose (Ang) : 1 up.
Rafael Cabrera-Bello (Esp) / Jimmy Walker : 3&2.
Phil Mickelson / Sergio Garcia (Esp) : Egalité.
Ryan Moore / Lee Westwood (Ang) : 1 up.
Brandt Snedeker / Andy Sullivan (Ang) : 3&1.
Dustin Johnson / Chris Wood (Ang) : 1 up.
Brooks Koepka / Danny Willett (Ang) : 5&4.
Martin Kaymer (All) / Matt Kuchar : 1 up.
Zach Johnson / Matthew Fitzpatrick (Ang) : 4&3.