Decayeux en conquête

270

Apparue l’an dernier, la maison Decayeux Golf s’est déjà taillée une belle réputation sur le marché du golf.
Pour asseoir encore un peu plus cette influence grandissante et développer ses ventes, l’entreprise a mis en place plusieurs nouveautés pour la saison 2015.

decayeux2La naissance de Decayeux Golf doit certainement autant à la passion de son propriétaire qu’à une stratégie mûrement réfléchie, fruit d’un constat établi sur le marché du luxe dans le golf en France. La passion, c’est d’abord celle de Stéphane Decayeux (photo), président de l’entreprise d’ingénierie basée dans le nord de la France et fondée en 1911 par son arrière-grand-oncle Eugène Dhuile. Golfeur assidu depuis une bonne décennie, il a semble-t-il toujours effleuré l’ambition, pour ne pas dire le rêve, d’apposer le savoir-faire de son entreprise au service de cette discipline. Ce « hobby » très prenant n’étant pas n’importe lequel. Il s’agit aussi d’un art de vivre qui correspond parfaitement aux vertus de la maison fondée il y a plus d’un siècle, à savoir exigence, compétence et excellence.

Depuis sa création, Decayeux est en effet spécialisé dans la fabrication de composants métalliques en moyennes et grandes séries pour de très renommées enseignes du luxe. Elle est d’ailleurs le seul véritable fournisseur industriel de cette filière. Depuis l’an dernier, le golf fait désormais partie de son catalogue grâce à cette nouvelle entité gérée en partie par Benjamin Decayeux, héritier désigné. Des produits déclinés pour la discipline mais qui reçoivent un soin tout aussi important que ceux dédiés aux plus belles enseignes du luxe. Bien née et positionnée, l’entreprise Decayeux Golf souhaite désormais poursuivre sa marche en avant et ne voit aucune frontière capable de barrer la route à ses ambitions. Après une entrée en matière plutôt heureuse, accompagnée d’une médiatisation significative, produit d’une campagne marketing bien menée, Decayeux Golf désire maintenant poursuivre sa conquête de la France, tout en mettant un pied dans les pays du Golfe et en gardant un œil sur le marché américain. L’Asie n’est pas oubliée, elle est sur la liste des places incontournables qu’il faudra un jour intégrer.

Trois nouveautés en 2015

Pour mener à bien ce développement, la stratégie de nos ch’tis golfeurs s’articule autour de trois axes en 2015 : une compétition itinérante sur la saison, la Decayeux Golf Cup ; le sponsoring de joueurs professionnels ; et enfin, le lancement d’une ligne textile pour accompagner les fameuses ceintures, produits phares de la marque. Premier volet, la Decayeux Golf Cup. Elle a pour objectif de prêcher la bonne parole à travers les clubs de France, celle de la promotion des produits de l’entreprise. Plusieurs dates sont programmées aux quatre coins de l’Hexagone. Parmi les golfs visités, notons la qualité du calendrier avec – entre autres – les étapes suivantes de mai à octobre : Golf National, Le Prieuré, Dieppe, Le Touquet, L’Isle Adam, Belle Dune, Hardelot, Wimereux… Ces clubs sont par ailleurs en partenariat avec l’entreprise en exposant dans leur club-house des vitrines présentant ses produits. Si un joueur souhaite s’en procurer, il se rend sur le site de Decayeux Golf et le club touche une commission.

Autre enjeu, celui des joueurs professionnels. Ils auront une double mission : grâce à leur renommée et leur image, ils représenteront l’excellence et les valeurs de la maison Decayeux. Dans le même temps, lors de leurs apparitions en France et à l’étranger et en portant des vêtements siglés, ils assureront le rôle d’ambassadeurs de choix. Or, c’est bien connu, les golfeurs sont des consommateurs insatiables, en quête d’une gamme entière de qualité dédiée à leur passion et au moment de l’achat, ils s’identifient souvent à leur champion favori. Nul doute donc qu’ils devraient être séduits par l’efficacité et la qualité de la gamme de textile Decayeux Golf.

Fort d’une reconnaissance de la qualité de ses créations et d’un succès qui ne cesse d’augmenter, Decayeux Golf a passé la vitesse supérieure pour ne pas laisser retomber l’euphorie de ses débuts réussis. Cette année sera un test grandeur nature pour l’entreprise qui s’est offert le luxe de grandir vite et bien quand certains régressent inexorablement…

Benjamin Durard