Rolex & le golf féminin : Lorena Ochoa consacrée

27
Lorena Ochoa Rolex
Lorena Ochoa Rolex media interview - ©Rolex/Chris Turvey

A l’occasion de l’Evian Championship 2019, rencontre avec la Mexicaine Lorena Ochoa en amont de la cérémonie qui l’a vu recevoir l’Evian Championship Prize for a Better Tomorrow presented by Rolex. Un prix consacrant sa carrière et son œuvre en dehors du golf.

Parlez-nous de vos sentiments à l’égard des récompenses de ce soir.

Tout d’abord, je suis extrêmement heureuse d’être ici à Evian. Cela me rappelle beaucoup de bons souvenirs. Pas seulement de la ville ou du parcours, mais aussi le feeling et l’atmosphère d’un événement de la LPGA, de voir certains de mes amis. Être ici est quelque chose de très spécial. Recevoir ce prix est une immense fierté. La Fondation Lorena Ochoa fait des choses hors du parcours pour aider nos enfants à vivre dans un monde meilleur. Je suis honorée et je tiens remercier The Evian Championship et Rolex pour cette reconnaissance. C’est très bien qu’il ne s’agisse pas seulement de  golf mais aussi de ce que nous laissons derrière nous et de ce que nous faisons en dehors du parcours. C’est une reconnaissance très spéciale.

Vous avez lancée votre fondation très peu de temps après être devenue professionnelle n’est-ce pas ?

Oui en effet, j’ai commencé très tôt. En fait, juste après être devenue professionnelle, j’ai créé la fondation. Ma mère avait l’habitude de plaisanter en disant : « Pourquoi veux-tu absolument créer une fondation ? Tu n’as pas d’argent et tu n’es pas célèbre… » J’ai toujours dit que je voulais contribuer à quelque chose de spécial, en dehors du golf. J’ai aussi compris que je jouais au golf pour de nombreuses raisons. Pouvoir aider les autres, changer des vies ou aider les petits enfants à réaliser leurs rêves, tout cela était finalement encore plus spécial que de jouer et gagner des tournois. Au début, j’ai donc commencé à aider différentes fondations et organisations en rapport avec la santé, le sport et l’éducation. J’ai aidé avec des dons d’organes et pour des enfants atteints de cancer et de différentes maladies. Ensuite, j’ai découvert une école et je savais par ailleurs que nous en manquions au Mexique – malheureusement, beaucoup d’enfants n’ont pas le privilège de recevoir une bonne éducation – alors je décidé que d’aider une école serait le plus efficace. Il faut donner aux enfants l’éducation qu’ils méritent et les aider à avoir la force et le pouvoir de rêver. C’est un programme complet, donc c’est beau parce que nous n’aidons pas seulement les enfants, mais aussi les familles. Les parents sont impliqués. Les communautés sont impliquées. Cela signifie beaucoup.

Vous qui avez reçue une éducation catholique, auriez-vous jamais envisagé un travail de charité similaire par le biais de la religion si vous n’aviez pas été golfeuse ?

Je sais seulement que je ferais quelque chose pour aider les autres. J’aime être avec les enfants c’est certain… Mais je ne me vois pas faire autre chose en dehors du golf car je pense être ce que je suis grâce à lui. Puis j’ai commencé à jouer quand j’avais cinq ans, ce qui est très jeune, et je n’ai donc jamais fait autre chose. J’aime beaucoup le sport. J’aime beaucoup la nature. J’aime travailler dans la nature. J’aime travailler avec différentes associations caritatives et c’est pourquoi, lorsque les gens me demandent si je souhaite participer à quelque chose, je dis souvent oui, car je pense qu’il y a tellement de bonnes causes et de nombreuses choses que nous pouvons faire pour aider les autres, pour changer leur vie et leur façon de vivre. Pas nécessairement des enfants, mais plus globalement, je pense que si nous sommes capables de faire quelque chose pour changer la vie de quelqu’un, il nous incombe de le faire. Je me sens très chanceuse parce que je suis capable de le faire. C’est une bénédiction de pouvoir aider les autres.

Qu’aimez-vous faire en dehors de votre fondation et hors du parcours de golf ?

Je suis une personne normale. J’aime passer du temps avec mes enfants. J’emmène ma fille à des cours de gymnastique, je vais avec mon fils Pedro assister à un entraînement de football ou le regarder jouer. Nous avons un ranch juste à l’extérieur de Mexico et nous pratiquons également beaucoup l’équitation. C’est l’une des activités que mon mari et moi adorons pratiquer, ainsi que le VTT. Nous essayons en fait de faire un voyage par an, quand nous partons avec des amis, et cette dernière année, nous sommes allés en France pour une excursion à vélo de 10 jours. Chaque jour, nous avons parcouru environ 60 km. J’aime faire des choses, beaucoup de sports différents. C’est quelque chose que j’ai en commun avec mon mari. Je pense que c’est important de se détendre e et de passer du temps en dehors du parcours. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles j’ai voulu prendre ma retraite plus tôt. J’ai donc le temps de faire d’autres activités.

Que pensez-vous de l’augmentation continue des dotations sur le LPGA Tour ?

C’est une excellente nouvelle. Je pense que Mike Whan (le patron du LPGA) a fait un travail incroyable. C’est un gros défi, compte tenu de la mondialisation de la tournée, du nombre de joueurs asiatiques et de l’évolution de la situation. En même temps, il y a de nouvelles opportunités et de nouveaux événements. Je pense que les tournois, quand les joueurs vont en Asie, ce sont des événements spéciaux. Vous pouvez voir que les fans adorent ça et sont fanatiques et je pense que c’est génial pour le sport et cela motive les nouvelles générations. Il faut maintenant continuer à le mondialiser. Pour les joueuses américaines, cela devient un défi car elles doivent passer beaucoup de temps à l’étranger dans de nouveaux lieux variés, mais c’est ce qui est formidable avec le golf. Nous faisons tous partie de la famille de la LPGA et défendons les mêmes valeurs. Je suis aussi très impressionné par le niveau de jeu. Elles jouent vraiment très bien. Mon frère me demande toujours si j’envisage un jour de revenir sur le circuit. Je ne suis pas sûr car le niveau est désormais très élevé.

Que pensez-vous du soutien de Rolex envers le golf féminin, l’Evian Championship et le prix que vous avez reçu ?

Tout ce que fait Rolex est extrêmement soigné et méticuleux dans toutes ses actions et il est c’est un honneur d’associer mon nom à cela. Quand on me demande comment je voudrais que l’on se souvienne de moi à l’avenir, je réponds toujours que je préférerais que l’on se souvienne de ce que j’ai fait en dehors du parcours davantage que sur le parcours. Ce prix est particulièrement important pour moi pour cette raison. Je vais le conserver dans un endroit particulier de ma maison et j’espère pouvoir expliquer à mes enfants ce dont il s’agit.

Le changement de vie lors de l’arrêt de votre carrière n’a-t-il  pas été trop difficile à appréhender ?

Même si je me suis préparée et que j’ai travaillé dur toute ma vie pour gagner des tournois sur le circuit, j’ai toujours su que j’arrêterai assez vite, alors je me suis préparé à cela. Surtout, je l’ai fait pour les bonnes raisons. Parfois, les joueurs se retirent en raison d’une blessure, ou à cause d’un problème avec leurs sponsors, ou encore parce qu’ils ne sont plus performants, mais pour moi ce n’était pas le cas. Je souhaitais passer plus de temps avec ma famille et avoir plus de temps pour moi. J’ai eu beaucoup de chance et j’ai eu le courage de reconnaître et de dire que le golf n’était plus ma priorité et que j’allais désormais faire d’autres choses. Donc, j’étais préparée pour cette nouvelle vie en dehors du golf et j’étais très enthousiaste à l’idée de construire une nouvelle maison pour mon mari et moi. En outre, nous voulions avoir des enfants rapidement, alors j’étais occupé tout le temps. J’ai aussi commencé l’écriture d’un livre sur ma vie sur et en dehors golf. J’étais très occupée et en cela ce n’était pas compliqué d’arrêter parce que j’avais tellement de choses faire.

Vos enfants pratiquent-ils le golf ?

Seuls Pedro et Julia ont appris à jouer – Diego n’a que trois ans – mais ils n’ont pas vraiment accroché. Je leur ai juste dit qu’ils devaient apprendre parce qu’ils pouvaient continuer à jouer ensemble et avec leurs amis et leur famille… mais définitivement, ils n’aiment pas ça. Pedro aime le football et Julia la gymnastique. Ils nagent un peu et aiment le tennis. Je joue aussi au tennis. Je veux juste les laisser essayer différentes choses et ensuite, ils pourront choisir de faire ce qu’ils veulent.

Quel est votre regard sur les Coréennes qui dominent le golf féminin ?

Je pense que Pak Se-ri a tout enclenché. D’ailleurs, elle a eu un impact non seulement en Corée, mais également dans toute l’Asie. Les gens ont vu dans le golf l’opportunité de devenir des professionnels et de gagner de l’argent. Se-ri l’a fait, puis Grace Park et les générations suivantes. Cela fait donc 10, 15 ans que nous voyons beaucoup de joueuses coréennes émerger. Je pense qu’au début, c’était difficile car beaucoup d’entre elles ne parlaient pas anglais et il leur était difficile de se sentir à l’aise ou de parler à des sponsors. C’était difficile pour elles de s’adapter. Aujourd’hui, les joueuses coréennes et asiatiques en général sont conscientes de cela. La plupart, si ce n’est toutes, parlent parfaitement anglais. Elles sont également plus à l’aise avec la vie d’un golfeur professionnel, notamment l’aspect médiatique.

Nous savons que de nombreuses Coréennes s’entraînent de six à huit heures par jour. Auriez-vous pu vous imposer un rythme similaire à vos débuts ?

Oui, car c’est ainsi ça que j’ai fonctionné moi-même. Plus vous pratiquez, plus vous vous améliorez et plus vous pratiquez, plus vous avez de la chance. Le fait est que vous devez le faire de la bonne façon, sinon vous allez vous épuiser. Si vous répétez une erreur, une mauvaise position ou une technique, cela peut être très mauvais pour vous. C’est une formule qui fonctionne à coup sûr, mais vous devez garder un équilibre dans votre vie pour ne pas vous épuiser avant trois ou cinq ans. Si vous êtes heureuse hors du parcours et sur le parcours, vous pouvez alors continuer à jouer pendant de nombreuses années.

ROLEX ET LE GOLF, 50 ANS D’HISTOIRE

  • L’histoire entre la maison horlogère et la discipline remonte à l’année 1967.
  • Rolex s’est engagé en tant que partenaire du LPGA en 1980.
  • Rolex s’associe au tournoi d’Evian en 2000.
  • L’appui de Rolex au golf féminin inclut désormais les 5 tournois majeurs, la Solheim Cup, les championnats amateurs féminins R&A et USGA.
  • Lorena Ochoa est devenue une ambassadrice Rolex en 2005, la même année où elle a remporté la troisième de ses 27 victoires en carrière sur le LPGA.
  • Lorena Ochoa a été choisie pour recevoir le prix inaugural l’Evian Championship Prize for a Better Tomorrow presented by Rolex pour la contribution qu’elle a apportée à la société pour assurer un meilleur avenir.