L’oeil de Wax : The Open – Jour 1 à Portrush

94
Portrush

Comme chaque année, notre consultant britannique Richard Wax couvre l’Open Britannique. Pour cette 148ème édition, le tournoi est de retour au Royal Portrush en Irlande du Nord.

A welcome return after 68 years to Royal Portrush Golf Club  !

Quand Max Faulkner a rentré son putt victorieux en 1951, il l’a fait avec un putter fabriqué avec un morceau de bois récupéré sur la plage ! Il possédait, dit-on, une collection de quelques trois cents putters dans son garage…

Un autre temps. A notre époque, nous sommes des habitués du Trackman et d’une technologie d’équipement extraordinaire ! A tel point que, peut-être, les astronautes sur leur véhicule spatial regardent l’Open tout en survolant la Terre  !

Les « événements dramatiques » qui ont frappé l’Irlande du Nord ont hélas empêché le Royal & Ancient d’y organiser l’Open durant plusieurs décennies. Le peuple Nord Irlandais, féru de golf, attendait ce retour avec impatience. L’atmosphère est donc à la fête et nous ressentons ainsi ce formidable engouement pour l’événement et plus globalement pour la discipline sur l’île d’Emeraude.

A mon arrivée à l’aéroport, la dame chargée du contrôle des passeports m’a demandé la raison de ma visite. J’ai alors expliqué mon rôle à l’Open en tant que journaliste. « Où allez-vous dormir ? ». J’ai répondu que le prêtre de Portrush m’accueillait dans sa maison. « Stephen et sa femme sont des gens superbes », a-t-elle annoncé à ma grande stupéfaction ! Dans un pays qui compte deux millions de personnes tout le monde se connait  !

Les journalistes passent la journée à assister à des conférences de presse. Sans surprise, celles de Rory McIlroy et Graeme McDowell étaient très émouvantes. Participer sur leurs terres au plus grand événement dans le calendrier golfique est incomparable.

Sur le site tout est en place. On s’attend à un record d’affluence pour un Open  avec quelques 240 000 passionnés de golf qui vont converger vers le Royal Portrush. Et certainement créer un « buzz » qui sera inoubliable et à comparer avec le premier départ au Ryder Cup au Golf National. Vive l’Open ! Vive le golf !